ALLOCUTION DE M. PHILIPPE QUEAU, REPRESENTANT DE L'UNESCO AU MAGHREB

Allocution de M. Philippe Quéau,

Représentant de l’UNESCO au Maghreb

A l’occasion de la Cérémonie d'ouverture du

Forum international sur

l'Education aux Médias et à l'Information

15 juin 2011

Faculté de médecine, Université Sidi Mohamed Ben

Abdellah, Fès

 

 

Monsieur le Président de l’Université,

Monsieur le Wali,

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Chers collègues,

 

C’est un honneur et un grand plaisir pour moi d’être aujourd’hui avec vous dans cette cité historique de Fès, pour célébrer l’ouverture du Forum international sur l’éducation aux médias et à l’information.

 

J’aimerais avant tout féliciter le Président de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah et toute son équipe de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, notamment M. Abdelhamid Nfissi et Mme Drissia Chouit, pour avoir pris l’initiative de nous réunir tous ici à Fès autour du thème de l’éducation aux médias et à l’information, et mobilisé toutes les ressources nécessaires à la tenue de ce Forum. L’UNESCO est ravie du partenariat que nous avons pu établir avec vous pour ce Forum.

 

Merci aux experts internationaux et responsables de politiques éducatives de la région arabe qui ont voyagé de loin pour se joindre à nous. Merci aux représentants du Ministère de l’Education marocaine et du monde académique qui se sont mobilisés pour cet évènement.

 

Je suis particulièrement reconnaissant aux autres partenaires de ce Forum notamment l’ISESCO, l’Alliance des Civilisations des Nations Unies et le Bureau arabe de l’éducation pour les Etats du Golfe qui sont également ici présents et à travers qui nous avons pu ensemble élever la portée de ce Forum au niveau régional et international.

 

Mesdames et Messieurs,

 

En 1945, les fondateurs de l’UNESCO ont inscrit au coeur de son mandat de faciliter la libre circulation des idées par le mot et par l’image et ont rattaché cette libre circulation des idées à un objectif plus large qui est celui de la prévention des guerres et la construction des défenses de la paix en encourageant la compréhension mutuelle des peuples et en s’employant à créer des conditions d’un dialogue entre les civilisations, les cultures et les peuples, fondé sur le respect de valeurs partagées par tous.

 

C’est la raison pour laquelle l’éducation aux médias et à l’information qui est le thème principal du Forum qui nous réunit aujourd’hui a toujours été au coeur des préoccupations de l’UNESCO. Aujourd’hui, plus d’un demi-siècle après la création de l’UNESCO, l’éducation aux médias et à l’information est devenue un élément clé de la mission de l’UNESCO d’édifier des "sociétés du savoir" fondées sur le respect de la liberté d’expression, l’accès libre et équitable à l’information et au savoir, et soucieuses de promouvoir la diversité des cultures et des modes de développement.

 

La notion d’éducation aux médias et à l’information a été progressivement enrichie à partir de multiples mouvements, courants de recherches et phénomènes sociaux pendant les dernières décennies.

 

De nouvelles définitions et théories dans les mouvements pour la réforme de l’éducation sont apparues dans les années 1960 et se poursuivent aujourd’hui. Il est devenu banal d’insister sur la réflexion critique et la nécessité d’apprendre à apprendre plutôt que de livrer les jeunes cerveaux à un apprentissage par coeur de faits et de chiffres. Cela touche tous les niveaux d’éducation, dès les premières années d’alphabétisation, le plan d’action des Nations unies pour l’alphabétisation préconise des politiques et programmes d’alphabétisation allant au-delà de la conception limitée de l’alphabétisation classique qui comprenait la maîtrise de la lecture, de l’écriture et du calcul et qui a prévalu dans le passé. Le Rapport du Secrétaire général des Nations unies lors de l’Assemblée générale en 2002 a déclaré que : "Pour pouvoir survivre dans le contexte actuel de la mondialisation, il faut désormais acquérir de nouvelles compétences et renforcer les aptitudes à trouver, à évaluer et à utiliser efficacement et diversement l’information".

 

L’utilisation efficace de l’information à des fins critiques, de prise de décision, ou de résolution des problèmes nécessitent un ensemble de compétences, dans l’usage des médias et de l’information.

 

En troisième point, le développement des modalités d’enseignement à distance et des ressources pédagogiques numériques disponibles. Celles-ci offrent des possibilités d’apprentissage et d’accès au savoir tout au long de la vie, de manière autonome à toute personne au-delà des frontières géographiques sans distinction d’âge, de groupe, de sexe ou de religion.

 

Le phénomène de la socialisation des jeunes par les médias gagne également en ampleur. Une grande partie du capital culturel de la planète leur est transmise par toutes sortes de supports avec lesquels ils sont très familiers. La capacité d’appréciation critique des medias par les jeunes et leur sensibilisation au libre échange de l’information et de la connaissance ne cessent de croître.

 

Enfin, des questions éthiques complexes sont soulevées par les pratiques et les usages de l’information à l’ère du numérique. Les technologies d’information et de communication facilitent l’accès à l’information et permettent à de plus en plus de personnes de s’exprimer librement sur la Toile, mais cela provoque des tensions entre principes et droits d’égale légitimité, comme entre la protection de la vie privée et la liberté d’expression, entre la protection des données personnelles et la sécurité des citoyens ou encore entre la protection du droit d’auteur et l’accès à l’information.

 

Ainsi la notion de l’éducation aux médias et à l’information résulte de la convergence de tous ces phénomènes et courants de pensée issues de l’évolution des sociétés et au développement exponentiel des technologies numériques, et reflète la complexification actuelle des relations entre l’enseignement et l’information.

 

 

Mais que désigne-t-on exactement par l’éducation aux médias et à l’information? Quelles sont les compétences qu’elle englobe? Quelle est son importance pour les sociétés du savoir?

 

La notion d’éducation aux médias et à l’information combine deux domaines traditionnellement perçus comme étant distincts : (1) l’éducation aux médias, et (2) l’initiation à la maîtrise de l’information ou la culture informationnelle.

 

Si l’éducation aux médias est un concept plus ancien dont les jalons à l’échelle internationale ont été posés lors du symposium international organisé par l’UNESCO à Grünwald en 1982, la notion de la maîtrise de l’information ou de la culture informationnelle est relativement récente. Les participants du colloque sur la maîtrise de l'information et la formation tout au long de la vie tenu à la bibliothèque d'Alexandrie en 2005 ont adopté une définition de la maîtrise de l'information comme un moyen qui « permet aux gens, dans tous les chemins de la vie, de chercher, d'évaluer, d'utiliser et de créer l'information pour des objectifs personnels, sociaux, professionnels et éducationnels.»

 

Mais des débats persistent concernant la terminologie et ses variations en fonction des approches culturelles, des contextes linguistiques et d’usage.

 

Par exemple, aux Etats-Unis, American Library Association a adopté le terme ‘information literacy’ en 1989 en faisant le lien entre l’apprentissage et l’information et en mettant en avant l’importance d’apprendre à apprendre. Dans d’autres pays anglophones il existe encore une certaine résistance à utiliser l’expression ‘information literacy’ à cause du fait qu’on puisse qualifier des personnes comme illettrées en manière de l’information et le terme ‘media education’ est largement répandu. En Allemand ou en Suédois on fait référence à ‘information kompotenz’ ou ‘information kompetens’ en mettant l’accent sur les compétences pratiques. En France ou en Italie, on parle de ‘culture informationnelle’ ou ‘cultura dell’informazione’ en jouant sur la pluralité de sens. En France l’idée d’une culture de l’information est liée à la volonté de développer à côté de l’acquisition d’une culture générale, une culture transdisciplinaire, prenant en compte la dimension sociale et culturelle de l’information par opposition à la vision procédurale et technique des modèles américains de ‘information literacy’.

 

Le sens de l’expression ‘media and information literacy’ diffère aussi selon les contextes et les professions. Par exemple, dans le contexte de l’enseignement des sciences au niveau doctoral, la notion fait référence à la recherche approfondie d’informations et à la communication scientifique aussi bien à l’écrit qu’à l’oral; dans une matière comme l’éducation à la citoyenneté au niveau secondaire, elle consistera à approfondir le fonctionnement et la compréhension des médias; en histoire par exemple il s’agira de développer des compétences relatives à la recherche et l’analyse documentaire.

 

Certaines écoles considèrent la culture informationnelle comme un sous-domaine de l’éducation aux médias. D’autres écoles considèrent le contraire et la définition de ces notions font objet de nombreux débats tant au niveau national qu’international.

Mais l’UNESCO désigne ces deux notions sous le même acronyme de MIL ‘Media and Information Literacy’ ou l’éducation aux médias et à l’information en français pour mieux marquer la convergence de ces deux domaines autour des compétences clés transversales et génériques d’accès, d’évaluation, d’utilisation et de création de l’information. La notion de MIL se veut donc intégratrice, considérant les deux domaines comme regroupant un ensemble de savoirs, de savoirs-faires, et de valeurs liés aux médias et à l’information. Ces compétences sont essentielles non seulement pour les individus en renforçant le développement de la réflexion critique et les capacités pour apprendre à apprendre, mais aussi pour les collectivités en favorisant la citoyenneté et la bonne gouvernance par une meilleure compréhension et utilisation éthique des médias et de l’information.

 

C’est sur la base de ce constat que l’UNESCO contribue à l’élaboration des politiques, des stratégies et des programmes destinés à généraliser l’éducation aux médias et à l’information au niveau de l’enseignement et à mobiliser tous les acteurs concernés.

 

Un accent particulier est donné à la formation des enseignants en particulier, et ce, à travers le développement des cadres de références pouvant aider les politiques et les praticiens dans leurs efforts d’évaluation et de suivi des efforts nationaux de développement et d’adaptation des processus éducatifs à l’ère du 21ème siècle.

 

Des outils tels que le référentiel de compétences pour les enseignants sur l’utilisation des TICs ont déjà été développés. D’autres, comme les indicateurs de l’éducation aux médias et à l’information sont en cours. Enfin, l’UNESCO aura le plaisir de lancer à l’occasion de ce Forum, deux autres outils qui servent à faciliter l’intégration de la notion de MIL dans l’enseignement. Il s’agit :

  • Du référentiel de compétences pour les enseignants en matière d’éducation aux médias et à l’information, et
  • Des modules de formation des enseignants en matière d’éducation aux médias et à l’information.

 

L’objectif de la consultation régionale des Etats arabes qui aura lieu les prochains jours en marge du Forum sera d’examiner la pertinence de l’éducation aux médias et à l’information pour l’éducation dans les pays Arabes, de faire un bilan des pratiques existantes en la matière et d’établir un plan d’action pour la mise en oeuvre des dispositifs d’éducation aux médias et à l’information dans les pays arabes.

 

Comme je l’ai souligné, la notion de l’éducation aux médias et à l’information renvoie à des réalités diverses et la vision de ce que cette notion englobe diffère d’une culture à une autre, d’un contexte d’usage à un autre et se posent également des questions liées à sa traduction dans d’autres langues. Vos contributions seront donc essentielles pour adapter l’éducation aux médias et à l’information aux contextes arabes et la généraliser à l’échelle régionale.

 

Je vous remercie pour votre attention.

Commentaires

31.12 | 15:40

This refers to Alternative Media that critique not only powerful forces, but also mainstream media; they are called the watchdogs of the watchdogs.

...
29.12 | 15:03

Hello Madame , Could you please explain what do we mean by the watchdog of the watchdog ? Thanks in advance

...
27.12 | 18:59

The media are successful in telling us what to think about refers to the Agenda-Setting Theory of the Press and to News Values. You should also address the implications of News Agenda Settings.

...
27.12 | 18:52

1. You should explain the second element of the statement "what to think about": News Agenda Setting based on News Values.
2. You should explain the first element of the statement: The media are not successful in telling us "what to think."

...